Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mes inspirations

L'art d'être soi

Publié le par Laurence Traineau

Dire les mots avant que les maux nous rattrapent.

Dire les mots avant que les maux nous rattrapent.

Je vous remercie de votre soutien, vos visites et vos avis sur le blog mettent du baume au coeur 😀❤❤😀

Plus de 7454 personnes maintenant à découvrir mes contes et mes personnages imaginaires sortis de l'inconscient.

C'est avec plaisir que je reçois vos partages, vos réflexions et vos ressentis sur les différents thèmes abordés sur ce blog.

Lo riante.😀💃💞

Le plaisir de partager les mots avec vous.
Le plaisir de partager les mots avec vous.
Le plaisir de partager les mots avec vous.
Le plaisir de partager les mots avec vous.
Le plaisir de partager les mots avec vous.
Le plaisir de partager les mots avec vous.
Le plaisir de partager les mots avec vous.

Le plaisir de partager les mots avec vous.

Voir les commentaires

Oser sa liberté

Publié le par Laurence Traineau

Et si nous étions dans une période de résistance existentielle.

Nous serions tous dans nos chrysalides oppressés, pressurisés à nous débattre, à résister, à refuser la déchirure de notre cocon si familier et rassurant.

Pourtant si étriqué et asphyxiant.

Nous résisterions fermement quitte à nous mentir énormément.

Imaginons, nous ne lâchons rien, on se donne l'illusion de la vie éternelle et matérielle.

C'est le déni de la mort.

C'est le déni de nos propres mensonges.

C'est le déni de la fin de notre monde de possessions, et d'illusions.

C'est le déni de notre faim jamais rassasiée.

C'est le déni de nos vices cachés.

La déchirure, c'est la mort de ce qui ne pourra plus être possible, c'est la mort d'un système qui nous paralyse.

C'est cesser de ramper.

C'est prendre le risque de s'affranchir, franchir le voile, oser le saut dans le vide, faire voler en éclats les censures.

S'envoler vers de nouveaux mondes, des mondes où personne ne pourra nous dicter notre destinée.

C'est la mort de nos frayeurs, de nos états tétanisés.

La déchirure, c'est oser sa liberté vertigineuse risquée.

La déchirure, c'est accepter de mourir.

Ne plus être con'tenu, s'aban'donner, se confronter au néant, s'alléger.

Ne plus résister. Se relâcher.

Se détendre. S'étendre. S'entendre.

Se dilater, s'envoler vers plus grand que  soi/soie si étriqué et étouffé.

Sortir du connu.

Prendre le risque de l'inconnu.

Se dé'voiler.

Sortir de son sérieux plombant.

Ne plus être coincé.

Respirer à pleins poumons, accueillir sa résurrection. 

Se dépouiller.

Déchirer sa chrysalide.

Se dé'chaîner.

S'amuser. 

Être joyeux et léger.

Re'devenir des enfants.

Habillé de solides ailes.

Semer une vie nouvelle.

S'aimer sans s'entre'déchirer.

Avec ingéniosité.

Faire alliance.

En toute confiance et assurance.

La déchirure, notre délivrance.

S'envoler vers un monde éthéré.

Un monde qui respecte les lois de l'uni'vers. 

Les yeux grand ouverts.

Tous les sens en éveil.

Enfin, tous ensemble ré'unis bien vivants et libres de ne pas être pareils !

La déchirure, une promesse d'une vie joyeuse et légère.

Retrouver sa totale souveraineté.

Se chérir.

Rire.

Se réjouir d'être encore vibrants et vivants. 

Vivre sa destinée.


Lorens56100 

"La déchirure"

13 octobre 2020

Oser sa liberté
Oser sa liberté

Oser sa liberté

Voir les commentaires

Essen'ciel

Publié le par Laurence Traineau

C'est Essen'ciel de se sentir le coeur en fête, léger et apaisé, libéré de la gravité des peurs truquées.
C'est Essen'ciel de rire, de danser, de chanter, de créer pour se sentir existé.
C'est Essen'ciel d'échanger, d'aider, d'accompagner, de transmettre.
C'est Essen'ciel de se réunir et d'apprécier les bienfaits de la solidarité pour se fortifier.
C'est Essen'ciel de vivre ensemble pour s'aimer, semer et s'élever.
C'est Essen'ciel d'honorer la Terre pour la protéger.
Tout est Essen'ciel sauf l'exploitation, la cupidité, l'exclusion, la discrimination, la division, l'abus de pouvoir, la terreur...
Se terrer dans un caveau en attendant la mort n'est pas Essen'ciel, c'est une agonie, une hérésie, une mortifère folie.

Laurence Traineau
"Essen'ciel"
6 avril 2021

S'aimer, semer, s'élever.
S'aimer, semer, s'élever.
S'aimer, semer, s'élever.
S'aimer, semer, s'élever.

S'aimer, semer, s'élever.

Voir les commentaires

Je suis un virus

Publié le par Lorens56100

Le virus, c'est comme les humains, il fait des gros dégâts sans le savoir.
Où qu'il aille, il détruit tout sur son passage.
Mais pendant ce temps là, il continue de se balader à travers le monde comme si de rien n'était.
Un touriste quoi !
Un bon con-sommateur qui se croit malin et plus fort que les autres.
Regardez moi, comme je suis beau et fort, je suis le maître du monde.
Même pas coupable, je peux continuer le massacre.
Je suis un virus parmi des milliards de virus.
Qu'est-ce que l'on fait ? 
On s'extermine ou l'on s'apprivoise ?
Eh ben, jouons à pile ou face.
Méchant contre gentil avec un héros à applaudir ou à sacrifier sur un champ de bataille.
Comme je ne suis ni chanteuse ni musicienne, je veux bien partager ces quelques mots à celle ou celui qui voudrait bien en faire une chanson.
Elle prouvera que tous les virus du monde entier peuvent s'apprivoiser.
Si on accepte de comprendre que le maître du monde, c'est la vie dans chaque cellule vivante.
Notre planète bleue, nous en avons fait un enfer à vouloir tant la maîtriser.
Solidarité bienvenue avant que tout soit fichu.

Laurence Traineau "Je suis un virus" 5 avril 2020.

Voir les commentaires

Responsable

Publié le par Lorens56100

Responsable, je suis adulte et j'assume mes erreurs et mes lâchetés.
Responsable, je prends à ma charge mes besoins, mes désirs et mes rêves.
Responsable, je réalise mes multiples tâches quotidiennes.
Responsable, je transforme mes tâches en fruits abondants et savoureux.
Responsable, je vois derrière l'illusion du bourreau, mon enfant submergé par la peur.
Je vois derrière l'illusion de la victime, mon enfant affamé d'attention.
Je vois derrière l'illusion du sauveur, mon enfant assoiffé de reconnaissance et d'amour.
Responsable, je soigne mes blessures et comble mes manques.
Responsable, je cesse de diaboliser le monde, je ne suis ni juge, ni procédurier, ni un enfant de cœur, j'apprends le monde, j'apprends à le respecter.
Responsable, j'ouvre la porte du présent et je meurs au passé.
Responsable, j'accueille ma renaissance, je suis ce que je veux être, un adulte amoureux et un enfant curieux et joyeux.

Aujourd'hui, je me sens inspirée, solide et à mon aise avec vous, vous qui êtes accueillants, généreux et responsables.

Et vous, qui me lisez,
Comment vous sentez vous ?

Lorens56100
"Responsable"
Le 29 mars 2020

Responsable
Responsable
Responsable
Responsable

Voir les commentaires

Je m'amuse comme une gamine.

Publié le par Lo riante 💃😀❤


J'adore me raconter des histoires pour me faire du bien. Et ça me donne en plus une pêche d'enfer.
Dans mes histoires, tout m'est permis.
Par exemple, je m'imagine dans ma grosse voiture  flamboyante rose fuchsia.
Je me la pète à donf comme la poupée Barbie avec Ken à ses côtés !
Je joue aussi au boulanger, je fais du bon pain chaud et croustillant.
Je m'amuse à en faire depuis début août et mon pain commence enfin à ressembler à du vrai pain.
Si, si, croyez moi, ce n'est pas du bla bla.
Même que mes garçons, le trouvent super bon et me disent "Mamour, ton pain, il ressemble trop au pain du boulanger du village d'à côté. Il est trop trop bon !"


Je m'amuse aussi à être sauvage comme Tarzan.
Je veux apprendre à voler dans les airs, aller de liane en liane, je veux être aussi libre que lui.
C'est pas gagné mais je m'y amuse sérieusement.


Et la vie est si courte.
Amusons-nous !
Et comme dirait si bien une amie clown que j'aime beaucoup.
"Pète un coup et tu verras ça va beaucoup mieux quand on ne pète pas plus au haut que son cul."


Ben quoi ?
Adultes, on n'aurait plus le droit de s'amuser à péter ?
Ben moi, je m'en fous, je m'amuse comme une gamine!
Et vous savez quoi ?
Je suis dingue et je le vaux bien !
C'est surtout que ça me fait trop top du bien !
Hum, qui va manger le bon pain de Lo riante ?
C'est mes adorables garçons et moi !

 

Lorens56100, "Je m'amuse comme une gamine", 30 novembre 2017

Je me prends pour tarzan.
Je me prends pour tarzan.
Je me prends pour tarzan.
Je me prends pour tarzan.
Je me prends pour tarzan.
Je me prends pour tarzan.
Je me prends pour tarzan.
Je me prends pour tarzan.

Je me prends pour tarzan.

Voir les commentaires

"R'éveille-moi, c'est bon d'être fou !"

Publié le par Lo riante 💃😀❤

«Bonjour, mon chéri, oh, des fleurs, tu es adorable !

Ta journée s’est bien passée ? Oui, mon chéri, les enfants sont couchés, oui, mon chéri, le dîner est prêt ; oui, mon chéri, je suis une femme simple, pas compliquée, oui, mon chéri, ma vie est formidable, oh, ton bouquet est vraiment magnifique !

Le voisin, est venu m’aider à me changer la roue de la voiture, elle était crevée. Le voisin est venu récupérer le chaton dans l’arbre, le pauvre chaton, il n’arrivait plus à en descendre, il était terrifié. Le voisin est venu réparer la porte du garage, elle était bloquée.

Oh mon chéri, j’espère que tes élèves ne t’ont pas trop fatigué? Oh, mon chéri, je suis une femme simple, pas compliquée; appuie sur le front, je te fais un baiser, appuie sur la main droite, je te fais à dîner, appuie sur les seins, je t’ouvre mes cuisses, appuie sur la main gauche, je cesse de parler, oh, mon chéri, je suis une femme simple, pas compliquée »


N : Sadique !

L : Ce qui me désole le plus dans tout ça, c’est que tu es incapable de remarquer Vivien Toubon; t’as même pas vu qu’il est amoureux de toi, prêt à t’aider à tout moment dès que tu es en difficulté ; évidemment, toi, tu ne vois rien, tu es une plante desséchée, aride, froide, une cruche vide, sans consistance; tu n’as pas même pas vu que je lui fais les yeux doux dès que tu te rapproches de lui, je l’attire de mon regard le plus profond pour qu’il me remarque, moi, la sauvageonne. Mais, il y a cette foutue cage entre nous...

 

Laurence Traineau, Extrait de la pièce de théâtre de "R'éveille-moi, c'est bon d'être fou!", avril2012.


https://livre.fnac.com/a10985919/Laurence-Traineau-R-eveille-moi-c-est-bon-d-etre-fou

 

Pièce de théâtre
Pièce de théâtre
Pièce de théâtre
Pièce de théâtre

Pièce de théâtre

Voir les commentaires

L'enfant gâté

Publié le par Lo riante 💃😀❤

Hier, en sortant du cinéma, j'ai croisé un homme qui avait l'âge d'être mon père. Il ne sait pas laisser impressionner par la différence d'âge.
J'étais à son goût et la belle affaire que je sois bien plus jeune que sa propre fille.
Il est venu me parler de son film qu'il venait de voir.
Nous échangeons quelques minutes jusqu'au moment où il me fait savoir qu'il me trouve vraiment très charmante.
Je lui fais remarquer que moi aussi j'aime les plus jeunes que moi.
Il ne se démonte pas pour autant, il encaisse la remarque et me suggère de varier les plaisirs.
Les hommes matures sont plus délicats et attentionnés que les jeunes impulsifs et autocentrés.
Ce Casanova a de la répartie et je lui fais savoir que mon chéri est jaloux.
Lui de rétorquer aussitôt : "Moi, pas du tout jaloux !".
Il est un pro de la drague.
Rien ne l'arrête, j'imagine qu'il a osé se prendre des râteaux dans le passé, et aujourd'hui, tout lui est permis. C'est lui qui est impulsif et autocentré.
Il se fiche royalement d'avoir plus de 30 ans que moi. Je lui ai tapé dans l'oeil et rien maintenant ne peut l'arrêter, il me veut pour son dessert de la journée.
J'insiste donc pour lui dire qu'il n'a pas bien entendu, je suis comme lui, j'aime la jeunesse.
Et comme il continue d'insister, je deviens piquante en lui disant que les vieux de son âge ne sont vraiment pas ma tasse de thé.
Le vieux ne recule devant rien, il me propose un dîner dans un des meilleurs restaurants de la ville.
Monsieur me veut et jubile dès que je lui résiste. Il semblerait que ça l'excite.
Ouf, je suis sauvée, voilà qu'un de mes amants passe par-là, je lui saute au cou en lui disant que le vieux gros pervers veut me mettre dans son lit. Mon amant se dirige vers lui et le toise du regard.
Casanova en fait autant en lui disant : " Mademoiselle a bon goût".
Et il nous salue gai comme un pinson, les yeux pétillants et le sourire aux lèvres.
Et moi de le regarder partir en me disant à moi-même que cet homme n'est qu'un enfant gâté.
Quel toupet ! Il est pire que moi.
Je suis rassurée, mon jeune amant m'invite à dîner pas dans le meilleur restaurant du quartier mais chez lui. Une poule au pot qui a mijoté toute la journée nous attend, il n'y a plus qu'à la réchauffer.
C'est royal, j'ai gagné ma soirée, un délicieux dîner, un beau et jeune étalon et qui plus est un bon amant. C'est parfait !

 

Lorens56100 "L'enfant gâté" 30 octobre 2019

Voir les commentaires

Monsieur, vous me passionnez.

Publié le par Lo riante 💃😀❤

J'ai aimé hier vous écouter à la radio parler de la rencontre avec soi et l'autre.
Vos mots étaient puissants et il y avait dans votre voix de la colère. Vous vous en êtes même étonné vous même.
De la colère s'animait en vous. Et vous l'avez observée et aucunement refrénée.
Vous avez observé votre colère et vous avez surfé dessus avec vos mots, tout votre être.

J'ai aimé votre regard affûté posé sur l'espèce humaine.
Je vous avoue une profonde admiration. J'admire votre aisance à vous animer avec passion en savourant chaque mot que vous manier avec délice et malice.
Je n'ai jamais été fan de quelqu'un.
Jamais. Aucun être ne m'a profondément passionné.
Et à 50 ans, je découvre que je suis fan. Oui, Monsieur, je suis fan de vous. J'envie votre mémoire, votre aisance, votre passion. J'aimerais tout comme vous incarnée la passion. Être ivre de passion, aimer sans artifice, sans tralala, sans gêne.
Monsieur. Vous êtes un homme débordant de générosité qui me sidère à chaque fois que je vous écoute. Vos mots crient l'amour.
Je crois bien que votre passion est contagieuse.
J'ai envie de vous écrire des mots qui crient le bonheur de se donner avec intensité.
J'aimerais me foutre des autres, ces autres qui ne sont que le miroir de moi-même. Tout donner et ne rien regretter. En me donnant entièrement, je me retrouve entière. La passion s'alimentant d'elle même.
Vous me passionnez, Monsieur.

 

Lorens56100, "Monsieur, vous me passionnez", 20 septembre 2018

Vos mots crient l'amour.

Vos mots crient l'amour.

Voir les commentaires

Vive la haute technologie ! Allez, Clic ! Facile !

Publié le par Lo riante 😀❤💃

Vive la haute technologie ! Allez, Clic ! Facile !


Tout se fait maintenant sur informatique.
Il suffit d'appuyer sur la touche "suppr", du balai, et "clic", au suivant, moins fade et moins gênant !"
En un clic vous  consommez et en un "suppr" vous jetez.
Quand ça devient gênant parce que ça ne répond pas illico presto à vos désirs du moment,"suppr" est là pour vous faire le grand ménage.
Facile, appuyez sur la touche "suppr" et en une fraction de seconde tout est balayé et parti aux oubliettes.
Vous avez peut-être semé quelques dégâts derrière votre écran mais ça, ce n'est plus votre affaire puisque l'aspirateur "Suppr" fera le reste. Balayé ! Disparu à jamais dans les abysses de l'informatique.


Ou appuyez tout simplement sur la touche "Ah,Lo,psy,bobo.com". Clic ! Un psy apparaît sur votre écran et se charge là instantanément de réparer ce qui a été cassé.
Merci la Haute Technologie !
Tout se fait sur informatique même les réparations, le ménage,  l'amour, le sexe l'amitié, les cours de mathématiques et tous les sujets à l'infini.
Ainsi va le monde ! C'est trop top, le monde d'aujourd'hui, tout est servi sur un plateau !
C'est magique, l'informatique.

Il suffit d'appuyer sur une simple touche pour changer votre vie fade et ennuyante et la transformer en une vie en perpétuel changement incessant assis confortablement derrière votre écran.
Je le répète "vive la Haute Technologie !".
Plus d'effort à faire, le clavier fait tout à votre place même vos abdos si vous les contractez bien en appuyant sur vos petites touches.
Ben oui, il faut quand même appuyer sur les touches !

Mais là, vous allez aussitôt me dire que la plupart d'entre vous, vous n'appuyez même plus sur des touches puisque c'est la vibration de votre voix qui se charge de se relier directement à votre écran.
Et là, je réalise que je ne suis déjà plus à la page, que dis-je à mon clavier !
Allez "Suppr", du balai, au suivant, moins fade et moins gênant !

Lorens56100, "Suppr, du balai !", 26 août 2017.

Du balai, au suivant, moins fade et moins gênant !
Du balai, au suivant, moins fade et moins gênant !
Du balai, au suivant, moins fade et moins gênant !
Du balai, au suivant, moins fade et moins gênant !
Du balai, au suivant, moins fade et moins gênant !

Du balai, au suivant, moins fade et moins gênant !

Voir les commentaires

1 2 > >>