Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

les mots dits

Au re'voir

Publié le par Lorens56100

Au re'voir
Se voir différemment.
Au re'voir
Se voir vraiment
Au re'voir
Se regarder, se dévoiler, se dénuder intégralement
Au re'voir
Se voir démasqués sans peur sans mensonges
Se voir ailleurs que dans cet océan dévorant qui engloutit les songes
Au re'voir
Se voir en dehors du monde numérique pour retrouver un monde authentique
Au re'voir
Se voir loin du carcan des écrans qui nous vole le temps
Au re'voir
Se voir avec tous nos sens en effervescence
Oser ressentir
Oser exprimer le vivant
Oser être dé'faillant
Baisser les armes
Laisser couler les larmes
Nettoyer la noirceur des âmes blessées
S'aimer
Semer
Naître
Être
Se voir
Se re'trouver
Au re'voir

Lorens56100

"Au revoir" Février 2020

Voir les commentaires

Ami, je t'aime bien

Publié le par Lorens56100

Tu sais ami,e, je t'aime bien et j'ai décidé de prendre le large, de te donner moins de ma personne jusqu'à ce que tu aies plus de respect, de belles intentions et attentions à mon égard.
J'ai besoin d'être entourée de proches qui m'encouragent et me témoignent de l'affection et ce n'est pas exactement ce que je ressens de ta part.
J'offre le meilleur de moi, j'ai envie de recevoir le meilleur de toi.
Me sentir meilleure à tes côtés.
Tu sais ami'e, je t'aime bien et sans toi, je suis cap'able de me sentir entière, libre, lucide, responsable et sereine.
Sans toi, je m'accompagne de joie et de rire.
Je me renouvelle d'énergie bienfaitrice et régénératrice.
Sans toi, je suis cap'able de me confronter aux épreuves, à la souffrance.
Sans toi, je suis confiante de traverser la vie qui m'ouvre ses bras et me couvre aussi de ses présents réconfortants.
Tu sais ami'e, je t'aime bien et j'ai le bonheur de m'aimer aussi.
Sans toi, je suis cap'able de recevoir ce dont j'ai besoin pour me sentir meilleure et vivante.
Tu sais ami'e, je t'aime bien et je choisis de m'éloigner de toi jusqu'à ce que tu aies l'envie de m'offrir le meilleur de toi.
De t'aban'donner, de te donner librement en toute confiance sans rien attendre, juste être en présence, rempli'e du meilleur de toi, sans emballage, sans tralala, sans masque, sans fard, sans mensonges, sans faux-semblant... juste être là et t'abandonner à ta vérité nue.
Être présent.
Un présent.
Tu sais ami'e, je t'aime bien.
S'aban'donner est un don, un don de soi et non une fuite qui crée l'abîme autour de toi, un grand vide, un espace dans lequel toute ap'proche est impossible.
Quand tu te fuis, tu ne m'abandonnes pas, tu fuis ta vérité, celle que je peux accueillir sans la juger.
En la fuyant, tu te juges toi-même, tu te rejettes, tu empêches l'amour de circuler.
Tu interromps la joie de se manifester.
Tu sais ami'e, je t'aime bien et je prends le large et je me relie à la source de vie qui n'a jamais cessé de circuler en moi.
Sans toi, je suis bien.
Avec toi, j'aime me sentir meilleure.
Ces derniers temps avec toi, je me suis sentie affaiblie, tu prenais sans te donner.
Tu as oublié de t'aban'donner au présent.
M'offrir ta présence.
Te faire confiance.
Nous faire confiance.
Nous offrir cette chance du circuit vertueux de l'abondance.

Lorens56100 
"Tu sais ami'e, je t'aime bien"
Le mercredi 7 octobre 2020.

Voir les commentaires

Et s'il y avait un gros mal-entendu !

Publié le par Lorens56100

Et s'il y avait un gros mal-entendu !


Et si le danger était mon allié ?
Et si cela se situait au niveau de nos valeurs  ?
Vos valeurs ne sont pas les miennes à cet instant présent et cela n'enlève en rien leur légitimité.
Mon besoin de liberté apparaît quand je me sens en sécurité et que mon cadre devient trop étriqué.
Et tant que mon besoin de sécurité n'est pas satisfait, ma liberté n'a pas de sens puisqu'elle me met en insécurité.
Quand à l'intérieur de moi, tout est apaisé et sécurisé, je peux me dé-voiler, je peux m'exprimer, je peux déployer mes ailes, je peux m'envoler, je peux jouir de mon envolée grisante.
Je peux me laisser porter par le vent.
Le vent est mon allié.
Ensemble, le voyage est un enchantement pour les sens.
J'écoute le vent.
Je lui fais confiance.
Je l'écoute pour mieux nous entendre.
Mon besoin de sécurité est satisfait, ma liberté devient re-naissance.
Tout est à dé-couvrir.
Et j'explore le monde du vivant dont je n'étais plus consciente tant que mes oreilles ne voulaient pas l'entendre.
Tétanisée à l'idée de me sentir en insécurité.
Je m'étais armée face au danger au lieu d'apprendre à m'en faire un allié.

Laurence Traineau "S'écouter pour mieux s'entendre".


12 septembre 2020

Mon besoin de sécurité est satisfait, ma liberté devient re-naissance.
Mon besoin de sécurité est satisfait, ma liberté devient re-naissance.
Mon besoin de sécurité est satisfait, ma liberté devient re-naissance.

Mon besoin de sécurité est satisfait, ma liberté devient re-naissance.

Voir les commentaires

Je suis née vampire.

Publié le par Lorens56100

Depuis que je suis née, je suis con-somm-atrice, ma mission est de con-sommer encore et toujours plus, je suis une actrice conne et endormie, je suis une marionnette manipulée par son instinct de survie. Je suis née vampire, je bouffe et m'abreuve à tous les râteliers et dès que je n'ai plus rien à portée de main, je crie, je pleure, je rue dans les brancards.

Je suis une vampire, vite, vite, donnez-moi du sang, de la chair fraîche, du consistant avant que je me me dessèche complètement.

Je suis une vampire, donnez-moi avant que le vide m'engloutisse et me fasse disparaître de la surface de la Terre. Oui, je reste en surface, je ne vais jamais plus loin de peur de découvrir des sensations désagréables à ressentir. Je ne veux surtout pas que la frustration, la douleur, la souffrance, le désespoir s'emparent de moi. Alors je préfère poursuivre ma course folle et sanguinaire, demeurée sans pitié, monstrueuse, diabolique.

Je suis née vampire, je suis née pour con-sommer et détruire. J'évite la lumière, elle risquerait de me faire disparaître à tout jamais. Je suis vampire et ma mission est de bouffer et boire à tout va, je suis insatiable, j'ai toujours faim et soif.

Je suis vampire, je suis née con-somm-atrice et si je meurs, je ris, je ris, la Terre mourra avec moi. Je suis vampire, il n'y a pas pire que moi.

Je suis vampire, j'aspire, je vampirise, je suce jusqu'au trognon les trésors de la Terre. Je l'exploite, je la mutile, je la massacre, je la maîtrise, je me l'approprie, je la déglutis. Ma soif est illimitée, je suis une assoiffée, une vampire sanguinaire.

Et tant que la Terre vivra, je survivrai et si elle doit mourir demain, ce sera mon heure de mourir avec elle. Ce sera la fin de ma faim.

Je suis née vampire, je suis née pour détruire.

 

Lorens56100, "Je suis née vampire", le 24 janvier 2018

je suis une affamée, je suis con-somm-atrice .
je suis une affamée, je suis con-somm-atrice .
je suis une affamée, je suis con-somm-atrice .
je suis une affamée, je suis con-somm-atrice .
je suis une affamée, je suis con-somm-atrice .
je suis une affamée, je suis con-somm-atrice .
je suis une affamée, je suis con-somm-atrice .
je suis une affamée, je suis con-somm-atrice .
je suis une affamée, je suis con-somm-atrice .

je suis une affamée, je suis con-somm-atrice .

Voir les commentaires

suite " Tairien, t'es rien sans la Terre/Mère"

Publié le par Lorens56100

Nous expérimentons l'amour charnel dès que nous aimons profondément celui ou celle qui nous fait vibrer. Notre fil de naissance que nous appelons le lien énergisant nous le signale par le bien être intense que nous ressentons au contact ou à la vue de l'être aimé(e).
Celui(ceux) ou celle(s) qui nous font vibrer intensément sont ceux ou celles que nous choisissons de faire rentrer dans notre vie car ils ou elles seront les plus bénéfiques à nous rendre heureux.
Tant que la vibration n'est pas ressentie, nous choisissons d'être seul(e).
Nous ne sommes jamais excité(e) par un corps mais aimant(e) pour la ou les personnes qui nous font vibrer.
Nous sommes plein de tendresse et de délicatesse infinie.
Nos caresses et nos mots sont doux et enveloppants. Pas besoin de drogue pour nous évader.
Nous sommes heureux ensemble, nous rions et chantons tous les jours le coeur léger. Tout nous amuse. La vie est si délicieuse sur notre Délicate planète verte.

Oh oui, qu'il est bon de vivre dans ma Mèreveilleuse planète.
Je vous souhaite des rêves et de les réaliser sur une Terre/Mère protectrice qui vous envelopperait de toute sa belle énergie bienfaisante.
Au lieu d'aimer, vous vous entre-tuez à coup de mots assassins ou de reproches ou bien encore en rejetant ceux ou celles qui ne vous ressemblent pas ou ne partagent pas vos idées.
Je suis triste de vous savoir si malheureux sur votre jolie planète bleue.

Sur la planète Délicate, nous sommes vibrants et vivants et toujours alliés et reliés les uns aux autres.
Pourquoi Tairiens, n'avez vous pas songé à transformer votre planète Taire en Terre/Mère en vous laissant bercer par le chant mélodieux de l'amour qui caresse votre âme.
La Terre vous enveloppe telle une mère protectrice.
Vous êtes aimés.
Et je vais de ce pas aimant faire un autre rêve pour retourner au plus vite dans ma MèreVeilleuse contrée.
C'est l'unique moyen que nous avons pour voyager à des années lumière et c'est ainsi que je vous ai rencontrés et je ne vous cache pas que cela m'a bouleversé de vous savoir si tourmentés et en mauvaise santé.
Votre planète pleure et souffre d'être si mal aimée.

Pourquoi ai-je atterri jusqu'à vous, Tairiens ? (Pour être franche avec vous, votre planète n'est pas le lieu rêvé pour passer mes vacances.) Parce qu'une petite fille de votre planète m'a appelée de ton son petit coeur pur et a surgi dans un de mes rêves. Elle ne veut pas mourir sur votre planète Taire alors, je viens de temps à autre lui offrir un nouveau souffle de vie en lui offrant ma Délicate oreille sensible.

Douuceetteeee, âgée de 96 ans (mais sur votre planète, j'en paraîtrais 50 ans). Je suis aimée et reliée à plus d'un millier de Délicatiens qui m'aiment vraiment, alors vous pouvez imaginer la super forme que je nourris depuis le jour où la vie m'a créée. Et c'est loin d'être un exploit, c'est normal par chez nous, nous sommes tous Délicatiens les uns envers les autres. Il n'y a pas de guerre sur notre planète, la vie est trop précieuse à nos yeux  pour la piétiner sans pitié.

Lorens56100, "Tairiens, t'es rien sans la Terre/Mère", novembre 2017

son petit coeur pur
son petit coeur pur
son petit coeur pur
son petit coeur pur
son petit coeur pur
son petit coeur pur

son petit coeur pur

Voir les commentaires

Tairien, t'es rien sans la Terre/Mère !

Publié le par Lorens56100

Je vous ai vus dans un de mes rêves.


Vous Tairiens, vous vous demandiez comment nous réussissions à vivre si bien entre nous, nous les Délicatiens.


Je vous répondais :
"C'est simple comme de dire Bonjour !
Nous naissons avec un fil invisible qui nous relie à ceux qui nous aiment.
Pas besoin de mot. Dès qu'un Délicatien vous aime, vous le savez grâce aux  vibrations qui circulent entre vous deux et cette vibration est énergisante et réparatrice.


Sur notre planète, pas besoin de médicaments ou de pilules. Nous sommes toujours en bonne santé puisque nous sommes reliés depuis notre naissance au fil de l'amour qui crée en chacun de nous cette vibration bienfaisante.
Le hasard a fait que j'ai fait ce rêve et je vous ai vus, Tairiens avec votre âme en peine et j'ai ressenti une si grande tristesse en découvrant votre faible état vibratoire.


J'avais l'impression de voir des morts qui ne savaient pas qu'ils l'étaient déjà.
Vous faisiez les choses en n'habitant ni votre corps ni votre esprit, comme si votre seule liberté était de fuir ailleurs, vous imaginant tous qu'ailleurs, c'est bien meilleur.
C'est comme si vous étiez à vivre à côté de vous-mêmes sans jamais vous rencontrer pour de vrai."

Vous avez des relations superficielles par intérêt et en pagaille mais des rencontres vibrantes et vivantes, presque jamais.
Je suis si triste pour vous.
J'aimerais tous vous aimer pour vous offrir le meilleur des remèdes : la vibration de l'amour.
Chez nous, elle est en abondance comme l'oxygène. Il n'y a qu'à se servir. C'est gratuit.


Chez nous, nous mourons de vieillesse jamais de maladie ou de chagrin et nous mourons quand notre corps le décide après avoir tant joui des cadeaux de la vie. Notre espérance de vie sur notre planète est de 150 années.
Un jour nous quittons notre corps mais ceux qui nous aiment, ils nous gardent à tout jamais dans leur être tout entier. Nous continuons de grandir en eux.

Il faut savoir que sur notre planète, c'est la femme qui abrite l'enfant à venir pendant 12 mois. Durant le temps de sa grossesse, elle est considérée comme une reine.


Pendant ces 12 mois, elle fait ce qu'elle veut.
Nous n'avons pas beaucoup d'enfant car pendant 10 ans nous nous consacrons essentiellement à l'éducation de notre enfant ou de nos enfants gémellaires qui ne va pas ou ne vont pas à l'école. C'est toute la famille qui s'en occupe.
C'est tous ensemble que nous l'éduquons.
Après ses dix ans, il apprendra en observant tous les trois mois des métiers passionnants et différents et cela pendant dix ans.
A vingt ans, il choisit le métier qu'il aime et le genre. Il peut être un homme dans un corps de femme ou une femme dans un corps d'homme. Rien n'est figé. On sait à vingt ans si le féminin ou le masculin l'emporte. J'étais un petit garçon très féminin, mon enveloppe est celle d'un homme mais mon esprit est celui d'une femme.
La nature fait bien les choses. Nous nous trompons rarement, nous sommes toujours heureux de notre choix.
C'est la div
ersité qui nous enrichit.


On aime avec passion le métier que nous choisissons.
Pas besoin de diplômes ou d'user nos fonds de culotte sur les bancs des écoles, on choisit et on apprend le métier que nous voulons avec un professionnel passionné.
Nous apprenons tous les jours.
Notre curiosité n'est jamais rassasiée.
Personne n'est marginalisé ou rejeté. Tout le monde trouve sa juste place car nous avons tous besoin des uns des autres.

L'argent ne pose pas un problème. Quand nous avons besoin de quelque chose nous le fabriquons nous-mêmes avec nos proches qui nous font partager avec bonheur leurs connaissances et leur savoir-faire.


J'habite dans une très belle maison que j'ai construite avec mon amoureux, mon frère et des amis communs.
Nous avions 28 ans. Avant, je vivais dans la maison de mes parents qui sont  monogames mais certains d'entre nous sommes polygames. Il n'y a pas de règles. On fait confiance à notre élan de coeur. Quand on aime, on ne compte pas. On respecte les choix des uns et des autres. Et pour élever des enfants, c'est plus facile à plusieurs que seul(e). Je plains les enfants Tairiens qui sont élevés sans leurs parents
qui ne sont jamais auprès d'eux. Les Délicatiens sont omniprésents dans l'éducation de leurs enfants.


Je suis triste aussi quand je vous vois Tairiennes partager votre vie avec des hommes qui vous traitent comme des esclaves ou de simples mères porteuses mais jamais comme des reines.

 

La Terre/Mère protectrice.
La Terre/Mère protectrice.
La Terre/Mère protectrice.
La Terre/Mère protectrice.
La Terre/Mère protectrice.
La Terre/Mère protectrice.

La Terre/Mère protectrice.

Voir les commentaires

Oh mon amour !

Publié le par Lorens56100

Oh mon amour !

Quand je te cherche, tu me nargues et plus je te cherche et plus tu m'échappes.
Quand je ne te cherche plus, tu apparais par surprise avec la venue d'un coup de fil d'un vieil ami, d'un poème tendre, d'un sourire enveloppant, d'un parfum enivrant ou par le simple chant d'un oiseau qui exprime son bonheur de jouir de sa belle envolée grisante.


Oh, mon amour ! Quand je ne te cherche plus, mon coeur au repos bat lentement et tranquillement, il s'ouvre. C'est dans cette ouverture douce et innocente que la magie opère. Soudainement,  je suis reliée à toi. Je suis remplie de toi.
Je m'ouvre à l'intensité de la vie qui est en moi.


Oh, mon amour ! Je te ressens au plus profond de mon être en m'éveillant à ce qui est là.


Oh, mon amour ! Je t'ai trouvé. Tu es là dans cet instant présent au plus profond de mon âme. Je comprends enfin pourquoi j'ai tant besoin que mon corps recherche celui que j'aime. J'ai l'illusion d'être remplie par mon amoureux, alors que c'est l'amour en moi qui me comble de bonheur.


Un amant de passage laisse toujours en moi un goût amer de solitude.
L'amant de passage me fait croire que je ne suis pas digne d'être aimée car j'ai cédé à l'illusion que le sexe me rapproche de la source d'amour.


Oh, mon amour ! Tu es là quand tu me berces de toute ta tendresse infinie.
Le sexe sans l'amour est tel un puits sans eau. Ma source d'amour ne circule plus.
Ma source tarit.

Oh, mon amour! Je te suis fidèle et dévouée. Je reste à l'écoute de toi, ma source et je suis là, au plus près de toi et je te protège de tout intrus qui oserait te souiller. Je sais que toi, ma source, tu es fragile et précieuse. C'est toi qui m'apporte le goût de vivre et d'aimer. Je prends soin de toi et je te laisse librement jaillir de tout ton éclat pour créer en moi une douce mélodie vibrante et harmonieuse.


Oh, mon amour! Je suis vivante et infinie tant que je me laisse vibrer par toi.
Oh, mon amour ! Sans toi, la vie est amère et douloureuse.
Je suis ta douce amoureuse pour te servir, toi ma reine. Je veille sur ton royaume.
Sois rassurée.
Je t'offre de douces journées ensoleillées, ma bien aimée.
Aucun intrus de passage pour te gêner dans ta joyeuse traversée.
Oh mon amour !

Lorens56100, "Oh, mon amour !", 22 janvier 2018

Toi, ma reine, ma bien aimée ! Je suis là pour te servir !
Toi, ma reine, ma bien aimée ! Je suis là pour te servir !
Toi, ma reine, ma bien aimée ! Je suis là pour te servir !
Toi, ma reine, ma bien aimée ! Je suis là pour te servir !
Toi, ma reine, ma bien aimée ! Je suis là pour te servir !
Toi, ma reine, ma bien aimée ! Je suis là pour te servir !
Toi, ma reine, ma bien aimée ! Je suis là pour te servir !
Toi, ma reine, ma bien aimée ! Je suis là pour te servir !
Toi, ma reine, ma bien aimée ! Je suis là pour te servir !
Toi, ma reine, ma bien aimée ! Je suis là pour te servir !

Toi, ma reine, ma bien aimée ! Je suis là pour te servir !

Voir les commentaires

Moi, dans tous mes états.

Publié le par Lorens56100

Je suis Moi et pourtant quand vous me voyez, vous voyez ce que vos yeux formatés veulent bien voir.
Votre regard me limite à vos propres expériences et préjugés.
Je me sens Moi, à la fois homme et femme dans un corps humain avec des attraits féminins.
Je ne mutilerai jamais ce que la nature m'a offert, un corps agile, gracieux et athlétique et aussi un sexe de femme.
Je suis attiré,e sexuellement autant par les femmes que les hommes.
Et cela fait de moi, un humain qui a l'embarras du choix pour satisfaire ses besoins sexuels. Aujourd'hui, je suis accompagné,e par une femme dont je suis amoureux,se.
Lydia était avant de me rencontrer uniquement attirée par les hommes.
Quand nous nous sommes rencontrés, cela a été d'abord une rencontre professionnelle.
Nous nous sommes rencontrés lors d'une exposition de photos.
J'exposais des photos dans un café et lors d'un vernissage, elle était là et elle souhaitait m'acheter une de mes photos sur le thème du dévoilement.
Elle se sentait fascinée par la justesse de mon regard poser sur la nudité des femmes.
Quand je me suis mis à la séduire, elle n'a pas vu la femme en moi, c'est bien l'homme qu'elle a vu.
Ce jour là, j'étais habillé en homme, élégant, à l'allure d'un dandy.
Elle aime le raffinement et non la vulgarité et la brutalité.
Elle aime les hommes sensibles et intelligents.
Parfois, j'aime aussi m'habiller en robe ou en jupe, j'aime les beaux tissus, je crée mes propres vêtements.
Cette femme accepte mes excentricités.
Elle aime ma liberté et ma créativité.
Avant de me rencontrer, elle se sentait très mal à l'aise avec son corps de femme.

Des hommes inexpérimentés avaient dénié son corps.
Cette femme est divinement délicieuse.
Son corps est délicat, son esprit est vif, son âme est pure.
Cette femme fait vibrer tout mon être.
Avec elle, je me sens un simple mortel qui vibre à l'unisson.
À ses côtés, je me sens moi dans un corps d'humain.
Et c'est mon corps de femme qui lui a permis de se reconnecter et de s'allier au sien.
Depuis que nous nous connaissons, cette femme s'est mise à peindre des mots sur mes photos et ensemble, nous avons publié un livre sur le thème "Moi, dans tous mes états".
Avec elle, je suis moi dans toutes mes dimensions.
Ensemble, nous avons fait le tour du monde, les plus beaux voyages intérieurs.
Ensemble nous avons dévoilé et découvert tous les états.
Les états d'âme, et les états d'être.
Avec elle, je suis Moi, complet,e et comblée.
Homme et femme, un humain fort et fragile à la fois.
Moi, tout simplement.

Lorens56100 "Moi, dans tous mes états" 10 janvier 2020

Voir les commentaires

La vérité pour s'aimer léger.

Publié le par Lorens

J'ai  besoin de vérité pour mieux t'aimer.
Je suis en quête de vérité. Plus je m'y confronte et plus je me sens léger.
Ce qui m'apparaît une bénédiction est au contraire vécu comme une malédiction pour toi qui rentre dans mon intimité.
Tu me reproches de te perturber.
Tu attends de moi que je te ménage au lieu de te menacer.
En quoi serais-je une menace en te disant ce que je suis et ce que je vois au plus profond de ton être dans ce moment de rencontre.
À peine ai je perçu tes faux semblants que tu m'en veux alors que je ne fais que te partager ce que je vois en toi.
Apparemment, la vérité est difficile pour toi à recevoir alors que pour moi, c'est une nécessité pour vivre plus léger. 
Je te dérange, je dé-range ce qui a été si longuement bien caché ou rangé.
En un clin d'oeil rien ne m'échappe, je te sors tout de tes tiroirs et cela te fait fuir au lieu de te motiver à faire le tri dans le but de t'alléger et d'avancer ainsi ensemble plus légers.
C'est ça le but de la vérité.
Vivre léger sans les mensonges et le poids des tiroirs chargés du passé.
Pour rentrer dans mon intimité, chère jolie dame, merci de ne pas rentrer chargée trop fardée au contraire démaquille-toi,  déshabille toi, ose te dénuder, ose ta propre vérité.
C'est ainsi que je t'aimerai pour de vrai.
J'ai envie de vérité à partager.

Lorens56100 "La vérité pour s'aimer léger", lundi 15 juillet 2019

Voir les commentaires

"J'écris pour ne pas médire mais me dire."

Publié le par Lorens56100

-Pourquoi maman écris-tu ?


"J'écris pour me dire. C'est mon moyen pour laisser libre cours à mon imagination et ma liberté d'expression. Je pourrais dire aussi que me plonger dans l'écriture est une façon aussi de plonger dans les profondeurs de l'univers infini. L'écriture me plonge dans un univers qui souvent m'apaise, m'enveloppe, me caresse, tout comme l'eau peut m'apaiser quand je m'y plonge. Écrire m'aide à mieux vivre.


Écrire, c'est aussi un moyen de prendre soin de mon âme. En posant des mots, je crie la douleur de mes maux. Je n'ai pas trouvé d'autres moyens pour le faire.
J'aurais pu me mettre à peindre ou à crier mais moi, j'ai besoin des mots pour me soulager, ils me libèrent. J'écris ma colère, ma honte, ma liberté, ma vérité, mes peurs, mes incompréhensions, mes doutes, mes cris, mes joies, mes peines, j'écris pour exprimer mon élan de vie. Quand je vis, je ne meurs pas, je vis, je m'entends respirer quand j'écris, je me pose là devant la feuille blanche et quand je suis prête, je plonge dedans et je crée la vie que je veux. Je crée un autre monde à travers mes mots. Mes mots sont créateurs d'un autre monde plus harmonieux,  plus juste à mes yeux. Je sublime mon quotidien très ordinaire pour en créer un autre, celui que je veux. Je panse mes blessures d'âme grâce aux mots. En les écrivant,  j'accouche de mes maux que personne à part moi n'entend.


Dans ma société, certains mots ne peuvent se dire. On a le droit de parler de rhume, de douleurs physiques, de maladies, de médire, de critiquer, de se lamenter du mauvais temps mais dire que son âme est malade parce que la société nous rend malade par ses incohérences, ses violences, et ses injustices, ça dans mon univers proche, on ne prend pas le temps ou on ne se donne pas le droit de le faire. Dans ma famille, je suis la seule à avoir vu un chirurgien de l'âme.
On fait des contrôles techniques pour vérifier si sa voiture est en bon état de marche mais des contrôles de son âme, pratiquement jamais. J'écris pour rester humaine.
J'écoute la petite voie/voix en moi, elle me guide pour garder le cap et m'éviter de partir à la dérive et me noyer dans l'immensité de notre monde sans pitié. Écrire, c'est un de mes moyens pour me reconnecter à ma vérité. Vivre, c'est souffrir, rire, pleurer, crier, s'amuser, avoir du plaisir.


J'écris parce que cela m'apporte aussi beaucoup de plaisir.
Lire, écrire, danser, chanter, se rouler dans l'herbe, tous les moyens sont bons pour se sentir vivant.


-Tu as oublié de mentionner l'amour. Quand je fais l'amour, je me sens vivante, je me reconnecte à mon corps et je m'abandonne à l'homme que j'aime.


"Pour faire l'amour, il faut être deux. Le cas contraire, c'est du viol ou de la masturbation. Un homme se masturbe en toi quand il te transforme en objet de désir. Quand il veut communier avec toi, là, il te fait l'amour. À travers cette union, il a envie de transcender l'amour qu'il porte en lui."


-As tu été mal aimée par les hommes ?


"Oui, malheureusement. Notre société nous a fait croire que le sexe est le remède à tous nos maux. Le sexe n'est qu'un moyen pour ressentir l'élan d'aller vers l'autre.
C'est notre pulsion de vie. Mais finalement, le sexe n'est qu'un prétexte, le vrai désir, c'est de ressentir l'amour, ce sentiment qui nous satisfait pleinement car on aime et on se sent aimé en retour. Heureusement, j'ai eu la chance de rencontrer l'être exceptionnel qu'est ton père. Un homme d'une bonté rare. Cet homme ne m'a jamais jugée ni chosifiée.

Écrire me permet aussi d'exprimer l'amour que je porte en moi et les mots, je peux les offrir à ceux qui m'aiment.
Ceux qui m'aiment ont envie de me lire ou de m'écouter. Tous les autres ne prennent pas le temps de le faire. Ils ont d'autres chats à fouetter ou à aimer. Me lire ou m'écouter, c'est partager du temps avec moi. C'est partir avec moi dans mon voyage intérieur afin de mieux me connaître et à travers mes mots de découvrir mon humanité, ce qui nous relie les uns aux autres. Nous avons tous besoin de nous sentir reliés.
Ma fille, la vie qui bouillonne en toi t'anime et si toi, tu préfères peindre, danser, ou faire l'amour à l'homme que tu aimes pour te sentir connectée à la vie, alors fais-le. En le faisant, ce sera la meilleure façon de trouver ta juste place et d'aimer."


-Merci de cet échange, maman.


"C'est toujours un bonheur d'échanger de jolis mots avec toi, ma fille, de me relier à toi. Je les dépose délicatement sur ma bouche quand je te parle. Je t'ouvre mon âme et je m'ouvre à la tienne."

Lorens56100, "J'écris pour ne pas médire mais me dire " 20 août 2017

Écrire pour se connecter à son âme.
Écrire pour se connecter à son âme.
Écrire pour se connecter à son âme.
Écrire pour se connecter à son âme.
Écrire pour se connecter à son âme.
Écrire pour se connecter à son âme.

Écrire pour se connecter à son âme.

J'écris pour ne pas médire mais me dire.
J'écris pour ne pas médire mais me dire.
J'écris pour ne pas médire mais me dire.
J'écris pour ne pas médire mais me dire.
J'écris pour ne pas médire mais me dire.
J'écris pour ne pas médire mais me dire.

J'écris pour ne pas médire mais me dire.

Voir les commentaires

1 2 > >>